Loisir ou Compétition : Rejoignez un Club de la Fédération

Alpin : Jean-Baptiste Grange sur sa lancée

12.01.08


Quelques heures après avoir célébré son premier triomphe en Super-combiné, une discipline créée par la Fédération Internationale de Ski voici trois ans, Jean-Baptiste Grange a remis cela dans le slalom, devançant nettement ses principaux rivaux au terme de la seconde manche. Il devient ainsi le premier skieur de la saison à s’imposer pour la troisième fois, une performance de choix qu’aucun Français n’a réalisé depuis la grande époque de Luc Alphand, vainqueur du classement général de la Coupe du Monde en 1997. En février 1997 le futur vainqueur du Dakar enlevait pour sa part une descente puis un Super-G à Garmisch-Partenkirchen en l’espace de deux jours après avoir déjà gagné quatre courses depuis le début de sa dernière saison. Le champion de Valloire était ravi de son nouveau succès qui lui permettait de reconquérir le maillot rouge de leader du classement Coupe du Monde de slalom du fait de la sortie de piste de l’Autrichien Benjamin Raich.

« Ce fut une victoire difficile car je me sentais quand même fatigué de ma journée de hier au départ de la seconde manche, j’étais plus tendu que lors de mon succès d’Alta Badia » expliquait-il par la suite.

« Mais à part cela, j’ai vraiment bien abordé cette course, j’ai bien pu « balancer » et je suis vraiment fier d’ajouter mon nom sur la liste des grands vainqueurs de cette prestigieuse course. Gagner un slalom reste quand même quelque chose de spécial car il y a une quinzaine de coureurs qui en ont la capacité au départ de la première manche. Il faut vraiment se battre, attaquer à fond de la première à la dernière porte pour avoir une chance d’y parvenir. Les conditions de course étaient bonnes ce matin malgré la neige qui tombait mais plus difficile cet après-midi car la piste était quand même endommagée.

J’ai même eu une alerte en cours de route mais finalement cela s’est quand même bien passé. C’est évidemment une superbe victoire et j’ai une pensée pour mon prédécesseur ici, Jean Noël Augert, vainqueur en 1972. Il m’a d’ailleurs appelé hier soir et cela m’a vraiment fait plaisir. Je suis fier de pouvoir continuer la tradition de la vallée de la Maurienne ici ! Je me souviendrai longtemps de cette fin de semaine. J’ai du mal à croire à quelle vitesse les choses peuvent changer. La semaine dernière je ne me sentais pas bien du tout et voilà que je me retrouve au sommet de mon art. »

Lors de la conférence de presse suivant la course, Grange a aussi soulevé quelque peu le voile sur sa personnalité encore peu connue par la presse du ski. « C’est difficile de parler de soi, je peux juste dire que je suis quelqu’un de tranquille, je suis également précis et parfois trop perfectionniste et il est évident que le ski de compétition est depuis toujours ma grande passion » révélait le skieur de Rossignol qui est aussi soldat de 1ère classe à l’Armée. « Je n’ai pas encore descendu les Champs-Elysées le 14 Juillet, cette année je faisais mes classes comme n’importe quel trouffion » précisait-il.
« J’ai pratiqué de nombreux sports y compris un peu de vélo sur les belles routes de montagne de notre région sur lesquelles passent si souvent les coureurs du Tour de France quand ils montent le col du Galibier puis celui du Lautaret. J’aime aussi faire du motocross et des parties de chasse avec mon père. Ce sont mes parents, tous deux d’anciens coureurs en équipe de France, qui m’ont passé le virus de la compétition. D’ailleurs en ce moment, leur magasin de sport est tout le temps plein lors des courses si bien que les clients ne peuvent même pas y entrer pour venir louer des skis ou acheter des produits. C’est ma troisième saison en Coupe du Monde et je pense avoir atteint le niveau que j’espérais à mes débuts. Je compte bien progresser en slalom géant mais je doute de pouvoir devenir un jour un bond descendeur. Je ne glisse pas assez bien dans les secteurs plats. Je n’ai pas encore pris ma décision sur la suite de mon programme, notamment un bref passage chez moi ou courir la descente de Kitzbühel qui est bien redoutable. C’est tentant de vouloir essayer d’y défendre mon maillot rouge du combiné mais j’aimerais aussi rester en tête du classement de slalom et il me faudra beaucoup d’énergie pour rester au top-niveau dans les difficiles slaloms de Kitzbühel puis de Schladming ! »

« Ensuite je serais content de revenir courir en France devant mes supporters à Chamonix puis Val d’Isère. Je ne pense pas encore trop aux prochains Mondiaux de Val d’Isère en 2009, mais ils sont déjà présents quelque part dans mon esprit. Je commencerai à les préparer soigneusement ce printemps après avoir pris un peu de repos et de recul après la fin de la saison. Je suis évidemment heureux de pouvoir courir mes prochaines épreuves mondiales en France, j’ai une belle médaille de bronze à y défendre après tout. J’ai beaucoup appris l’an dernier, notamment à bien gérer les moments importants et à skier à fond dans les deux manches. Ma 3ème place d’Are et mon bon début de saison à Reiteralm m’ont donné un gros moral pour les courses suivantes. J’ai ensuite bien ma chance dans le Super-combiné de Beaver Creek puis à Alta Badia mais je me rends bien compte que le slalom est une spécialité très aléatoire. Cela peut changer très vite et il faut donc rester très lucide et ne pas se reposer sur ses lauriers. »

Grange impressionne aussi les observateurs par son calme et son sang-froid ainsi que par ses commentaires vifs et précis. « C’est vrai que je ne m’affole pas trop, j’aime les moments forts et prendre des risques. » Le Tricolore était également ravi du commentaire flatteur émis par Bode Miller qui apprécie son style dépouillé et sa constance recherche de la ligne la plus directe.

« J’ai beaucoup d’admiration pour Bode dont j’ai bien étudié la technique et il est vrai que par moment je skie un peu comme lui, très direct sur le piquet, mais je suis quand même nettement moins en recul que lui sur les skis. Je me sens très à l’aise sur les parcours difficiles comme celui-ci et je me réjouis de bientôt courir à Kitzbühel et à Schladming. Ce sont des courses énormes qui attirent un monde fou ! »

Jean-Baptiste a aussi déclaré qu’il était content de pouvoir donner une nouvelle impulsion à l’Equipe de France après le départ d’Antoine Dénériaz sans pour autant se considérer comme son leader. « C’est bien de pouvoir inspirer mes coéquipiers, nous avons tous travaillé dur avec notre staff ces dernières années et j’espère bien que d’autres Français vont maintenant se mettre en valeur dans les semaines et mois à venir. »

Patrick Lang


Critérium de la Première Neige 2017 – Places VIP en vente

18.08.17


Criterium de la première neige

Venez encourager vos skieuses et skieurs favoris durant les 2 weekends de la compétition !


Les conseils de Tessa Worley aux jeunes espoirs français

06.07.17


Tessa worley

Les jeunes espoirs féminines du Programme National Jeunes Terresens ont pu rencontrer Tessa Worley aux 2 Alpes.


Tessa Worley reçoit les clés de son Audi A4 allroad

27.06.17


Tessa Worley Audi

Partenaire de la Fédération Française de Ski, Audi France est très fier du parcours de la skieuse française Tessa Worley et ravi de lui mettre à disposition une Audi A4 allroad.


Des tricolores sur le Glacier du Pissaillas

15.06.17


vitesse dames

Les entraînements ont repris sur le glacier du Pissaillas.


Appel à candidature : Entraîneur section compétition du Ski Club Audois

14.06.17


audois

Le Ski Club Audois Ginèvre (Carcassonne) recherche un Entraineur de ski Alpin pour son équipe compétition, en contrat de prestation de service réservé aux travailleurs indépendants.


Partenaires Officiels

  • Audi
  • Caisse d'Epargne
  • Somfy
  • Odlo
  • Sun Valley
  • RichesMonts
  • Le Pool
  • ESF
  • Domaines Skiables de France
  • Région Auvergne Rhône Alpes
  • Savoie Mont Blanc
  • Comté
  • Ministère de la Jeunesse et des Sports

La FFS sur Facebook

La FFS sur Twitter