Loisir ou Compétition : Rejoignez un Club de la Fédération

Alpin : rencontre avec… Pierre Emmanuel Dalcin

22.11.07


Avant la première descente de la saison, samedi à Lake Louise, rencontre avec Pierre Emmanuel Dalcin qui nous parle de son retour à la compétition après une blessure, sa préparation et ses objectifs pour la saison 07/08.

Né le 15 février 1977 à Saint Jean de Maurienne, le skieur de Val Cenis retrouve, dès ce jeudi, la coupe du monde avec le premier entraînement de la descente de Lake Louise, sur une piste Olympique qui ne lui a jamais trop réussi par le passé. Malgré une préparation retardée du fait de sa blessure lors des finales de Lenzerheide, Dalcin, vainqueur la saison passée de la descente de Val d’Isère, est prêt à en découdre sur les pistes de coupe du monde tant en descente qu’en super G.

Médaillé de Bronze en super G lors des championnats du monde junior en 1996, Il s’est classé 22 fois parmi le top 15 en coupe du monde dont une victoire acquise la saison dernière en descente sur la piste OK de Val d’Isère et une 2ème place lors du super G de Garmisch Partenkirchen en 2004. Il a terminé la saison dernière au 13ème rang du classement final de la descente, prenant la 35ème place du classement général. Il possède également deux titres de champion de France, descente en 2000 et super G en 2006.

FFS: Comment vas-tu ? Comment s’est passée la préparation cet été ?
P.E.D.: la préparation a été un peu retardée du fait de ma blessure et de ma rééducation. Physiquement, malgré que j’ai été en « rééduc », j’en ai quand même pas mal profité pour faire de l’aérobie et travailler ma base. Ensuite ça a été long avant de remonter sur les skis, avant de rejoindre le groupe, j’ai eu des moments un peu difficiles, mais bon c’est une blessure, j’ai l’habitude, je sais comment ça se passe. Et depuis début août ça se passe beaucoup mieux, j’ai pu retrouver toutes mes amplitudes et le stage au Chili, malgré qu’on n’ait pas eu des super conditions, moi j’ai profité justement de toutes les conditions pour essayer de retrouver un maximum de sensation. Et bien ça a l’air de bien se passer et j’ai vraiment eu besoin de toute la préparation jusqu’à ces derniers jours pour être prêt à commercer la saison.

FFS: Tu as fait de bonnes courses au Chili, c’est bon pour la confiance?
P.E.D.: ouais je voulais voir justement. Il y a eu deux courses dans des conditions vraiment de courses, de courses de l’hiver, conditions exigeantes et hyper rapide et je ne savais pas trop comment m’y prendre la veille, j’en ai discuté avec des entraîneurs, qui m’ont dit « ça fait un moment que tu n’as pas couru, si tu veux voir où tu en es, fait la course à fond et puis tu verras bien où tu te situes par rapport aux autres ». J’ai gagné la course, après la deuxième j’ai levé le pied, un peu pour donner mes points et les super G, je les ai fait à fond. Sur le super G, j’étais un peu plus surpris et je n’ai pas gagné alors que je me sens intrinsèquement un peu plus fort, en Super G, mais techniquement, j’avais donc des lacunes parce que je manque de kilomètres et de préparation. J’espère avoir tous mis en place pour arriver en pleine bourre à LAKE LOUISE, que je mets entre parenthèse, mais surtout à Beaver Creek.

FFS: Quel regard portes tu sur la saison dernière?
P.E.D.: le regard… il y a eu plusieurs phases, il y a eu la phase de début de saison où moi je me sentais très fort, mais je n’arrivais pas à le mettre en place en course, peut être que j’avais trop la volonté d’aller vite avant de penser comment faire pour aller vite et ensuite j’ai changé au tout début janvier, je me suis dit, c’est un nouveau départ, fait seulement ce que tu sais faire et penses pas au résultat, penses pas à avoir trop envie de gagner, essayes de produire ce que tu faisais à l’entraînement, ce qui est vraiment très bien et c’est ce qui c’est produit tout de suite d’où cette victoire. Et ça s’est bien passe à Garmisch puis ensuite ça a été très difficile quand je me suis blessé parce que la course pendant laquelle je me blesse, j’étais encore rapide, très rapide et que j’aurais eu besoin peut être d’un podium, peut être d’une victoire là bas pour me sentir encore plus confiant, alors que là ça m’a un peu freiné et que je repars d’un peu plus loin d’où j’aurais pu repartir. En plus, je n’ai pas pu tester les skis au printemps comme tous les gars du groupe l’ont fait, donc j’ai un peu de retard mais j’arrive sur deux saisons avec de bonnes sensations et je travaille sur la continuité et sur l’état d’esprit parce que finalement, c’est ça qui compte.

FFS: Tu disais te sentir plus fort en super g et pourtant ça fait trois ans que tu n’as pas signé de top 10, c’est pour cette saison?
P.E.D.: Intrinsèquement, je me sens mieux sur une reconnaissance et une course alors qu’en descente s’il pouvait y avoir aucun entraînement, moi je préfèrerais, c’est le règlement qui est comme ça, c’est aussi pour la sécurité. Mais j’aime bien être réactif ou plus instinctif, alors que là on fait des essais, des essais, des essais et au bout d’un moment, tout le monde est en une seconde, alors que le premier entraînement tout le monde est plus où moins à fond, il y a beaucoup d’écart parce que beaucoup de skieurs font des fautes. Donc, c’est pour ça que je me sens mieux en super G, parce que c’est un peu la discipline de la confiance en soit, de la confiance en sa « reco », et à un moment, j’avais trouvé comment ça fonctionnait. L’année passée, c’était un peu plus difficile parce que j’avais de gros dossards, mais cette année ça devrait repartir de nouveau correctement et j’ai au moins autant d’ambition en SUPER G qu’en descente.

FFS: Tes objectifs pour la saison ?
P.E.D.: les objectifs ? Je me suis senti un peu dans la peau des meilleurs mais pas assez régulièrement à mon goût, d’où le début de saison raté. Donc, déjà ne pas recommencer sur les mauvais rails que j’avais pu emprunter en début de saison dernière alors que je skiais bien, trouver la solution intérieure et psychologique pour être à mon meilleur à chaque course. Après bon, ça ne peut pas marcher à chaque fois, je ne suis pas le seul à être bon, donc essayer d’être plus régulier et en étant plus régulier j’irai chercher forcement plus de fois plus haut, voilà.


Slalom Géant d’Alta Badia : TOP 10 pour Alexis Pinturault

17.12.17


Sans titre(1)

TOP 10 pour Alexis Pinturault qui prend la 9e place du Slalom Géant d’Alta Badia (Italie) ce dimanche 17 décembre. TOP 20 pour Tiffany Gauthier sur le Super G de Val d’Isère.


Coupe du Monde de Ski Alpin : Romane Miradoli est 11e sur le Super G de Val d’Isere

16.12.17


Sans titre(5)

Romane Miradoli a fait le plein de confiance en signant une splendide 11e place sur le Super G de Val d’Isère ce samedi 16 décembre. Brice Roger et Adrien Théaux prennent la 21e place de la Descente à Val Gardena


Super G de Val Gardena – Le Top 10 pour Adrien Théaux

15.12.17


theaux

Auteur d’une belle descente jusqu’au dernier intermédiaire, Adrien Théaux s’offre un nouveau top 10, 7e à 0’’39 de l’Allemand.


Ski Chrono Samse Tour Dames – Slalom n°1 à Ancelle : Victoire de Ninon Esposito

15.12.17


ski chrono samse tour

Belle victoire de Ninon Esposito (Orsatus) qui récidive sur sa piste fétiche, après avoir déjà gagné ici en 2016.


Coupes du Monde de Ski Alpin à Val d’Isère, Val Gardena et Alta Badia : les sélections

11.12.17


Sélection Alpin

Découvrez les sélections des Coupes du Monde de Ski Alpin Hommes à Val Gardena et Alta Badia du 15 au 17 décembre 2017.


Partenaires Officiels

  • Audi
  • Caisse d'Epargne
  • Somfy
  • Odlo
  • Sun Valley
  • RichesMonts
  • Le Pool
  • ESF
  • Domaines Skiables de France
  • Région Auvergne Rhône Alpes
  • Savoie Mont Blanc
  • Comté
  • Ministère de la Jeunesse et des Sports

La FFS sur Facebook

La FFS sur Twitter